Systeme Ceramique

Glossaire

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

ABRASION : Usure par frottement contre un corps dur. Voir UPEC.

ABSORPTION : Pénétration d’une substance extérieure dans un matériau.
~ phonique : phénomène par lequel des ondes sonores se trouvent réduites et dissipées, le plus souvent au contact d’une paroi ou d’une membrane spécifique.

ACROTERE : Ornement disposé aux extrémités et au sommet d’un fronton ou d’un pignon.

ADHERENCE : Force de liaison d'un matériau avec un autre.

ADHESIF : Mélange de liants organiques sous forme de polymères en dispersion aqueuse, d’adjuvants organiques et de charges minérale. Le mélange est prêt à l’emploi et destiné à la pose de revêtement céramique. Les adhésifs sont en général employés pour les revêtements muraux.

AFFAISSEMENT : Enfoncement en dessous du niveau prévu.

AMIANTE : Silicate naturel hydraté de calcium et de magnésium, se présentant sous forme de fibres. Interdit d’utilisation depuis 199X Cf Jean Paul

ANGLE :
~ sortant : angle intéressant les faces extérieures des parois en contact.
~ rentrant : angle intéressant les faces intérieures des parois en contact.
Pièce d’~ : pièce posée sur un angle, qui en épouse la forme, à des fins d’ornementation ou de protection (choc, eau ,…)

APLOMB (d’) : Vertical. Deux objets (revêtements, joints…) sont d’aplomb s’ils sont dans un même plan vertical.

ARETE : Ligne qui sépare les deux versants d’un carreau (versant de surface et versant d’épaisseur).

ARGILE : Silicate d’alumine hydratée se présentant sous forme de roche sédimentaire meuble, imperméable et grasse, qui peut être façonnée facilement après humidification préalable.

AUTOLISSANT : Qui se réparti facilement à la lisseuse et qui se tend naturellement avant durcissement.

ANTIGLISSANCE (test d’)  (test de résistance à la glissance): Ce test sert à évaluer le degré de glissance d’un sol. Ce degré varie en fonction de la nature du revêtement et de la pente du sol. Il s’effectue Pied Chaussés (PC, pour les sols industriels par exemple) ou Pieds Nus (PN, pour les vestiaires et piscines notamment). C’est un test important pour assurer la sécurité des personnes.

AUTOPLAÇANT : Se dit d’un matériau qui par sa composition se répartit avec moins d’effort. Cf Jean Paul

AVIS TECHNIQUE  (ATec): Document de constat d’aptitudes à l’emploi de produit ou procédé de construction « non traditionnel » hors normalisation. L’ATec est validé par un Groupe Spécialisé d'experts. Il peut compléter les dispositions des textes de référence de mise en œuvre.
A noter : Il peut être demandé au fabricant ou consulté sur les sites Internet du CSTB www.cstb.fr et de l'AQC www.qualiteconstruction.com "liste verte".

B

BARBOTINAGE : Enduction du mortier de scellement avec une fine couche d’un mélange de liant hydraulique et d’eau. avant la pose.
Double ~ : enduction du mortier de scellement et de la sous-face des carreaux avec une fine couche d’un mélange de liant hydraulique et d’eau.

BETON : Matériau de construction obtenu par agrégation de granulats au moyen d’un liant, en particulier par un mélange de graviers, de sable, de ciment et d’eau.
~ allégé : béton de granulats légers diminuant la densité.
~ armé : coulé sur une armature métallique.
~ banché : béton coulé et généralement vibré entre 2 banches (panneaux de coffrage).
~ Cellulaire : mélange de silicate d’aluminium et de chaux étuvé créant ainsi par réaction chimique des inclusions gazeuses.
~ Fibré : béton adjuvante de fibres de forme et composition diverses.
~ Précontraint : béton armé dans lequel sont tendus des fils d’acier. Après coulage, ces fils sont relâchés afin de mettre le matériau en compression.

BICUISSON : Action de cuire deux fois.

BITUME : Matière organique naturelle ou provenant de la distillation du pétrole, à base d’hydrocarbures, très visqueuse ou solide, qu’on utilise surtout dans le bâtiment (étanchéité) et les travaux publics.

BOMBEMENT : Défaut qui affecte les revêtements PVC, dû au mouvement des joints entre les lés au cours du temps. C’est un signe de vétusté qui, en rénovation, dicte la dépose du revêtement.

C


CABOCHONS : Pièces décoratives de petit format et d’épaisseur compatibles avec les dimensions des carreaux avec lesquels elles seront posées.

CALCITE : (carbonate de calcium cristallisé) Phénomène de carbonatation se traduisant par des traces blanches.

CALE D’ESPACEMENT : (voir aussi croisillon d’espacement)Pendant la pose, les cales d’espacement servent à ménager entre les carreaux un vide qui recevra par la suite le joint inter-carreaux. C’est une solution simple et rapide pour obtenir des joints réguliers.

CALEPINAGE : Plan qui décrit la position de différents éléments entre eux. On calepine une surface à carreler, pour la fractionner en surfaces réalisables en une seule fois ou pour indiquer les positions relatives de couleurs, de motifs différents ou pour marquer la position des joints ; ceci afin de disposer les coupes d’une façon harmonieuse.

CANIVEAU : Canal étroit et en pente pour l’écoulement des eaux.

CAPILLARITE : La Capillarité est un phénomène physique régissant la migration de l’eau dans un matériau solide.

CARRELAGE : Assemblage d’éléments céramiques utilisés pour le revêtement des murs et sols mis en œuvre par scellement ou par collage.

CHANT (sur chant) : Face étroite et longue d’un élément de construction ou d’un carreau céramique. Ex : poser sur chant  = poser sur la tranche.

CHAPE : Ouvrage intermédiaire de mortier avec ou sans treillis permettant de recevoir le carrelage en pose colle.

CHAPE ASPHALTE : Chape dont le liant est constitué de bitume.

CHAPE FLUIDE : Chape à base de sulfate de calcium ou de ciment, dont la mise en œuvre est facilitée par son état « liquide ».

CHARGES : Sollicitations d’usage exercées sur le carrelage, elles peuvent être statiques ou dynamiques. Il existe des charges admissibles (capacité de résistance maximale de l'ouvrage) et des charges d'exploitation (usage normal du bâtiment).

CIMENT : Liant hydraulique minéral en poudre entrant dans la composition du béton et du mortier.

C.P.T. : Les Cahiers des Prescriptions Techniques (CPT) regroupent les dispositions de mises en œuvre communes à une famille de produits ou procédés non traditionnels, sous Avis Technique.

CSTB : Centre Scientifique et Technique du Bâtiment. http://www.cstb.fr

COLLE REACTIVE : Mélange de résines synthétiques, de charges minérales et d’adjuvants organiques, dont le durcissement et provoqué par une réaction chimique. Elle se présente sous forme d’un ou plusieurs composants. Produit utilisé pour le collage et le jointoiement des carreaux céramiques dans des locaux où sont rencontrés des produits chimiques très agressifs et / ou à forte sollicitation mécanique.

COMPACTAGE : Opération de tassement mécanique d'un sol ou d'un matériau.

COMPRESSIBILITE : Propriété qu'ont les matériaux de pouvoir diminuer de volume sous l'effet d'une charge. Cet effet est appelé contrainte de compression.

CONDUCTIVITE THERMIQUE : Expression du flux de chaleur qui s’exprime en W/m.K (en watt par mètre et par Kelvin). Soit la quantité de chaleur qui traverse en 1h une paroi d’un mètre d’épaisseur constituée d’une matière homogène.

COUCHE D'ENROBAGE : Couche de béton adjuvante ou non protégeant les éléments chauffants nécessaires à la mise en oeuvre de planchers chauffant.

COUVERTURE : grilles et rosettes

CROISILLON D'ESPACEMENT (cf joint d’espacement) : Pendant la pose, les croisillons d’espacement servent à ménager à l’intersection des carreaux un vide qui recevra par la suite le joint inter-carreaux donnant un alignement de joints régulier.

CYCLE GEL/DEGEL : Alternance répétitive de phases thermiques autour de 0°C.

D

DALLAGE : (selon DTU 13.3) Support constitué de béton, le dallage est coulé directement sur une plate-forme ou terre-plein ; il peut recevoir un carrelage.

DALLE non structurelle (selon DTU 26.2) : Couche de béton armée ou non.

DALLES 
(revêtement) : Plaques de ciment, de pierre, de marbre, céramique… servant à revêtir une surface.

DEBUT DE PRISE : Moment où un produit hydraulique commence la réaction chimique (hydratation) qui le fera durcir ; au-delà, il ne doit être ni utilisé, ni rebattu.

DECAISSE : Cf. Réservation

DECOLLEMENT : Rupture de liaison entre le carreau et le support. Ce terme s'utilise pour la pose collée et la pose scellée.

DELAI DE MISE EN SERVICE : Temps nécessaire avant toute utilisation normale de l'ouvrage (ouverture au trafic, travaux, stockage...). Ce délai est impératif pour garantir la pérennité de l'ouvrage.

DELAI DE SECHAGE : Temps nécessaire pour obtenir le degré d'humidité admissible du support avant pose du carrelage.

DEPOSE : Opération par laquelle on retire un ancien ouvrage. En rénovation, il peut être nécessaire de déposer les anciens revêtements de sols ou de murs avant de poser le nouveau revêtement céramique.

DESAFFLEUREMENT : Légère différence de niveau entre deux carreaux ou au droit d'une fissure. On parle aussi de désaffleur.

DESOLIDARISATION (ouvrage de) : Procédé mis en œuvre qui sépare le support de son revêtement.

DESSICATION : Elimination de l’humidité contenue dans un matériau.

DETERIORATION : Dégât causé par des facteurs naturels (intempéries, vieillissement…) ou humains (mauvaise mise en œuvre, vandalisme…).

DIAGONALE
(pose en ~) : Pose avec les joints entre carreaux non perpendiculaires aux axes de la pièce.

DISPERSION : Préparation obtenue par dilution dans l’eau.

DOMAINE D’APPLICATION : Le domaine d’application indique les emplois possibles pour un produit ou procédé donné : au mur, au sol, en neuf, en rénovation, extérieur, intérieur, ...

DOSAGE : Proportions définies d’un mélange.


DOUBLE ENCOLLAGE : (double encollage (beurrage)) Le produit de collage est appliqué sur le support et sur l’envers de l’élément céramique avec le côté lisse du peigne. Il est ensuite structuré sur le support à l’aide de son côté cranté.

DRAINAGE : Procédé permettant l'évacuation des eaux (infiltration, ruissellement, condensation…).

D.P.U. ou DUREE PRATIQUE D’UTILISATION : Délai limite pendant lequel le mélange est utilisable.

D.T.U.  (NF~) cf NF DTU : Les Documents Techniques Unifiés (DTU) contiennent les règles de mise en œuvre de certains ouvrages de construction, dès lors qu'ils deviennent traditionnels.

E

E1, E2, E3 : (présence d’eau sur le sol liée à l’utilisation ou l’entretien du local). La lettre « E » est le troisième critère du classement UPEC : il définit un local en fonction de la quantité, de la fréquence et de la nature (vapeur, projection, eau de lavage sous pression...) de l’eau qu’il reçoit, et, partant, les matériaux et revêtements admissibles sur le sol ce local.

EA, EB, EB+ EC : (présence d’eau sur les parois liée à l’utilisation ou l’entretien du local). Ces termes définissent le classement des locaux en fonction de l’exposition à l’humidité des parois (e-Cahier du CSTB 3567) : il définit un local en fonction de la fréquence, la quantité et la nature (vapeur, projection, eau de lavage sous pression...) de l’eau qu’il reçoit.

ECLATEMENT : Rupture d’un matériau dans sa masse.

EFFET FLAMMÉ : Colorations variées obtenues sur un carreau céramique par l’action du feu, des oxydes ou de colorants

EFFLORESCENCE : Dépôt cristallin blanchâtre sur la surface d’un matériau

EAU RESIDUELLE : Eau qui reste contenue dans un matériau après les opérations de dessiccation.

EBARBAGE : Action d’enlever les saillies qui peuvent apparaître sur les arêtes d’un carreau après découpe.

EMAIL : Couche vitreuse, opaque ou transparente dont on recouvre les carreaux céramiques pour leur donner de l’éclat ou une coloration inaltérable.

EMULSION : Préparation obtenue à partir de 2 produits non miscibles.

ENCOLLAGE : Procédé d'étalement d'un produit de collage sur le support (simple encollage*) et éventuellement au dos du carreau (double encollage*).

ENCRASSEMENT : Résultat de l'accumulation successive de saletés sur les carreaux.

ENGOBE : Farine de démoulage qui subsiste au dos du carreau après sa fabrication. L'engobe doit être enlevée avant mise en œuvre du carreau.

ENTRETIEN : Ensemble des méthodes et techniques qui a pour but de maintenir le carrelage en bon état et d'assurer ainsi sa pérennité.

EPAUFRURE : Eclat dans un matériau, généralement d'une arête.

ETANCHEITE : Aptitude d’un produit à empêcher le passage de l’eau malgré la fissuration éventuelle du support. « Systèmes céramiques » rappelle que l’ouvrage carrelé n’assure jamais l’étanchéité, quelle que soit la qualité du produit de jointoiement.

F

FAÏENÇAGE : Craquelure superficielle d'un revêtement (enduit, peinture, carreau...) sous la forme d'un réseau très fin de microfissures.

FARINAGE : Formation pulvérulente à la surface d'un enduit, d'une peinture ou d’un mortier de jointoiement ...

FERRAILLAGE : Ensemble des armatures en acier dans le béton.

FIN DE PRISE : Moment où un produit hydraulique commence à acquérir de la dureté.

FINLANDAIS  (système): Dans une piscine, système d’évacuation des eaux dans lequel la grille et le caniveau d’évacuation sont situés légèrement en retrait du bassin, au même niveau que la surface de l’eau et sans rebord.

FISSURE : fente affectant la surface d'une maçonnerie, d'un enduit, d'un dallage... Par convention une fissure est d'une largeur comprise entre 0,3 et 2 mm, au-delà on parle d'une lézarde, en deçà on parle d’une microfissure.

FRIABILITE : Manque de cohésion d'un matériau.

G

GABARIT : Modèle à partir duquel on fabrique une pièce et qui en permet aussi le contrôle.

GELIF (carreau) : carreau dont les caractéristiques (porosité, émaillage) le rendent sensible aux cycles gel/dégel

GRES CERAM : Appellation courante des carreaux pressés non émaillés. Le terme « cérame » permet de distinguer ce grès céramique, du grès naturel (pierre).

H

HYGROMETRIE : mesure de la quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air.

HYDROFUGE : qui protège de l'eau.

I

IMPUTRESCIBLE : Qui n'est pas susceptible de pourrir.

INCOMBUSTIBILITÉ : Qui ne peut être brûlé, qui ne se consume point au feu.

INGELIF : Qui n'est pas sensible au gel.

ISOLANT (matériau) : Un matériau est dit isolant s'il est mauvais conducteur de la chaleur, de l'électricité ou du son.

J

JOINT : De manière générale, un joint est un vide laissé entre deux parties d'ouvrages.
- De dilatation (de construction / de gros oeuvre) : il intéresse toute l'épaisseur du gros oeuvre, et doit se prolonger dans l'ensemble des systèmes céramiques.
- De fractionnement : joint dans le support (2/3 au minimum) et/ou le revêtement, permettant de compenser une partie des variations dimensionnelles du support.
- Inter carreaux : espace ménagé entre les carreaux céramiques au moment de la pose destiné entre autre à compensé les variations dimensionnelles du carreau. La pose sans joint est interdite.
- Périphériques (ou vide périphérique) : espace laissé vide ou rempli d'un matériau compressible, réservé en jonction de l'ouvrage carrelé et des parois verticales (murs, cloisons, poteaux...).

JOINTOIEMENT: Action de couler ou rempler dans des joints inter carreaux.

K

Aucune référence à ce jour.

L

LISTEL : Elément décoratif.

M

MAITRE D'OEUVRE: Personne retenue par le maître d'ouvrage (client) qui conçoit l'ouvrage et/ou dirige la réalisation des travaux.

MASTIC : Matériau élastomère destiné au calfeutrement des joints.

MORTIER : Mélange constitué de sable, d’eau, d’un liant (chaux ou ciment) et éventuellement d’adjuvants.

MORTIER COLLE : Produit en poudre qui, après mélange avec de l’eau ou une résine de gâchage, est destiné à recevoir un revêtement céramique dans la limite de son temps ouvert.

MORTIER DE POSE : Couche de mortier destinée à sceller les carreaux céramiques ou analogues (cf. pose scellée).

MORTIER JOINT : Produit en poudre qui, après mélange avec de l’eau ou une résine de gâchage, est destiné à remplir les interstices ménagés entre les éléments céramiques lors de la pose.

MORTIER DE SCELLEMENT: Couche de mortier destinée à sceller les carreaux céramiques ou analogues.

MOSAIQUE : Assemblage de petits éléments juxtaposés pour former un motif décoratif ou non.

MEMBRANE : Système sous carrelage à base de matière composite destiné soit à la désolidarisation du support soit à la protection à l’eau, et dans certain cas l’étanchéité sur plancher intermédiaire.

N

NATTE : Cf. membrane

NORMES PRODUITS : Liste des exigences (sécurité, durabilité …) auxquelles doivent répondre les produits. Elles peuvent être rendues obligatoires par voie réglementaire.

O

OLEOFUGE : ne retenant pas l'huile.

P

P2, P3, P4, P4S : Le « P » est celui du classement UPEC, il définit un local en fonction de la nature du trafic qu’il reçoit (poinçonnement statique, circulation piétonne, roulage, lavage mécanique...) et, partant, les matériaux et revêtements admissibles sur le sol de ce local. Voir UPEC.

PANNEAU PRET A CARRELER : Ouvrage que l’on dispose sur un support avant de le revêtir de carrelage. Très utile en rénovation, le panneau prêt à carreler permet de s’affranchir de certaines opérations de traitement des supports douteux inaptes à recevoir en l’état un revêtement céramique.

PAREMENT : Face extérieure visible d’un ouvrage.

PATE DE VERRE : Matériau constitué de fragments de verre concassé agglutinés par un liant et recuit vers 800°C (Encyclopédie des techniques, http://annuaire.idverre.net).

PC : Pieds Chaussés. Voir antiglissance.

PEIGNE A COLLE : Outil cranté qui sert à structurer la colle sur son support.

PENTE : C'est l'inclinaison exprimée en % résultat de la différence de niveau entre 2 points.

PERMEABILITE : Aptitude d'un corps à se laisser traverser par l'air, la vapeur d'eau, l'eau... Elle s'exprime en gramme/mètre/heure/mm de mercure de pression.

PERMEANCE : Expression de la quantité de vapeur d'eau qui peut traverser une unité de surface en un temps donné.

PIANOTAGE : Mouvement de plaques provoquant une différence de niveau entre elles.

PLANCHER : revêtement de sol composé de lattes de bois. La pose de carrelage sur plancher est possible mais nécessite des précautions particulières.

PLANCHER CHAUFFANT : Ouvrage (isolant, éléments chauffants et couche d'enrobage) qui diffuse la chaleur dans une pièce.

PLANEITE : Définit le caractère plan et uniforme d'une surface ou d'un support.

PLATE-FORME : Support sous dallage composé de matériaux rapportés et compactés.

PLATRE : Matériau pulvérulent qu’on obtient en cuisant modérément du gypse. Mélangé à de l’eau, il constitue une pâte qui fait prise en formant une masse à la fois solide et tendre.

PLINTHE A GORGE : plinthe en forme de quart de cylindre, intéressant à la fois le mur et le sol. L’usage d’une plinthe à gorge évite la pose d’un joint dans la jointure sol/mur, ce qui améliore la solidité, l’hygiène et la résistance à l’eau de l’ouvrage céramique.

PN : Pieds Nus. Voir antiglissance.

POLIR : Donner un aspect luisant et uni. Les techniques d’application des carreaux céramiques varient selon que ceux-ci sont polis ou non.

PONT PHONIQUE : Jonction dure entre deux matériaux transmettant les sons.

POINÇONNEMENT : Empreinte creuse localisée laissée dans une matière suite à une charge excessive ponctuelle (pieds de racks de stockage ...).

POROSITE : Caractère d'un corps dont la surface présente une structure interne discontinue (trous, fentes, cavités).On distingue :
- la porosité fermée : comprenant des inclusions de vides, d'interstices qui ne sont pas reliés entre eux. Le corps considéré est peu absorbant (pierre ponce, mousse plastique, fibre de verre...).
- la porosité ouverte : les vides et les capillaires communiquent. Le corps considéré est plutôt absorbant (plâtre, enduit de ciment, béton...).
Il y a de multiples façons de mesurer la porosité d’un produit. La méthode retenue dans les normes des carreaux céramiques est la détermination du poids d’eau absorbé. Le carreau à mesurer est séché, puis pesé (poids initial). On l’immerge ensuite entièrement dans de l’eau bouillante, à pression atmosphérique. Le poids de l’eau absorbée, exprimé en pourcentage du poids initial, caractérise la porosité du carreau.

PORTE A FAUX (en) : Partie d’une construction qui n’est pas supportée (qui donne dans le vide).

POSE COLLEE : Pose qui s'effectue sur un support à l'aide d'un mortier-colle suivant les documents de mise en œuvre en vigueur.

POSE SCELLEE : Pose qui s'effectue sur un mortier de pose "frais sur frais" suivant les dispositions du DTU 52.1.

P.R.E. : Plancher Rayonnant Electrique.

PREPARATION : réservation faite en fonction de la taille des caniveaux, pente, implantation du réseau d’évacuation.

PRIMAIRE : Produit permettant de rendre compatible le produit de collage avec le support.

PROTECTION LOURDE : Ouvrage en béton ou mortier destiné à protéger l’étanchéité traditionnelle.

Q

QUADRILLAGE (test du) : En rénovation, test qui consiste à contrôler l’adhérence d’une peinture murale.

R

RAGREAGE : Opération de finition destinée à améliorer la planéité finale d’un ouvrage.

RAVOIRAGE : Ouvrage intermédiaire en sable stabilisé ou non, mortier ou béton maigre permettant d'obtenir un niveau imposé et/ou d'y noyer des canalisations ou fourreaux.

RECEPTION DU SUPPORT : Acceptation après vérification du support (planéité locale et générale, pente…) permettant d'exécuter l'ouvrage carrelé, conformément aux textes de mise en oeuvre.

REGLES DE L'ART :
L'ensemble des techniques et procédés traditionnels permettant l’exécution des travaux.

RENOVATION : Opération qui vise à remettre à neuf un local, en posant un nouveau revêtement sur ou à la place de l’existant.

Glissance ~ RESISTANCE  à la : Capacité d’une surface à limiter le risque de glissade.

S

S.E.L. : Système d’Etanchéité Liquide. Systèmes Céramiques rappelle que l’application d’un SEL nécessite d’interroger son assureur

SICCITÉ : Qualité de ce qui est sec.

SIMPLE ENCOLLAGE : Le mortier colle ou l’adhésif ne sont appliqués que sur le support.

S.P.E.C. : Système de Protection à l’Eau sous Carrelage. Le SPEC protège un support sans en assurer l’étanchéité (cf. étanchéité).

SUPPORT : Tout élément qui en reçoit un autre.

T

TEMPS D'AJUSTABILITE : Délai pendant lequel on peut rectifier la position du carreau dans le produit de collage frais sans en compromettre la tenue ultérieure.

TEMPS DE REPOS : Temps qu’il faut laisser au produit, après son gâchage, pour qu’il acquière toutes ses qualités.

TEMPS OUVERT : Période pendant laquelle le produit de collage, appliqué sur le support, offre un transfert approprié sur l’envers du carreau.

TERRE CUITE : L’une des trois familles de base de la céramique avec le grès et la porcelaine. La terre cuite sert à la fabrication des tuiles, briques, plaquettes et carreaux... Elle reste poreuse en son cœur.

TEST D’ARRACHEMENT : test destructif destiné à valider l’aptitude d’un support à recevoir un nouveau revêtement.

TETE DE BASSIN : Dans une piscine, jonction entre le bassin et la plage.

TOLERANCE : Limite admissible des écarts physique d'un matériau ou d'un ouvrage telle que définie dans les textes de référence (normes « produit », DTU, CPT ...).

TRAPPE DE VISITE : Ouvrage permettant l’accès à l’arrière de la surface carrelée;

TRESSAILLAGE : Fissures de l’email à la surface d’un carreau;

U

UPEC : Classement des locaux et des revêtements de sol dans lequel :
U caractérise la résistance à l'usure.
P caractérise la résistance au poinçonnement.
E caractérise la tenue à l'eau.
C caractérise la tenue aux agressions chimiques.

USAGE : Emploi du local. L'usage prévu par le maître d'ouvrage doit être défini dès la conception.

V

Aucune référence à ce jour

W

WIESBADEN (système) : Dans une piscine, système d’évacuation de l’eau dans lequel la grille et la rigole d’évacuation sont limitrophes au bassin.

X

Aucune référence à ce jour

Y

Aucune référence à ce jour.

Z

ZONE D’EMPRISE (du bac à douche, de la baignoire) : Zone de ruissellement sur une paroi dans un local humide.

ZURICHOIS (système) : Dans une piscine, système d’évacuation des eaux semblable au système Wiesbaden, à cette différence près que la grille et le caniveau d’évacuation sont situés en retrait du bord du bassin. Voir Wiesbaden.