Les routes sont si chaudes qu’elles ont fondu. C’est ainsi que certains titres ont marqué des thermomètres touchant 37C en juillet.

Nombreux sont ceux qui se sont dirigés tout droit vers la piscine la plus proche pour y trouver un peu de répit. D’autres, même s’il fait chaud, évitent ce qu’Andrew Cox décrit comme la « soupe de produits chimiques » de la piscine traditionnelle au chlore.

« Personne ne veut s’occuper du chlore. Personne n’aime ça », dit-il. « Vous avez chaud, vous sautez dedans, mais le fait est que vous vous sentez sale parce que vous êtes couvert de produits chimiques ».

Cox, avec son partenaire commercial David Nettleton, construit depuis huit ans des étangs et des piscines naturels au Royaume-Uni, en utilisant des plantes parsemées dans et autour de l’eau pour purifier naturellement l’eau. Retrouvez plus d’informations ici.

Toutefois, dans leur dernière innovation, par l’intermédiaire de leur entreprise Clear Water Revival, ils ont créé un système de filtration biologique de l’eau sans avoir recours aux plantes. Les innovateurs affirment qu’il s’agit d’une nouvelle alternative plus écologique au chlore, dans laquelle les gens peuvent se baigner et même boire sans danger.

« On se sent mieux sur la peau », dit M. Cox. « Le nageur a l’impression d’être rafraîchi, comme si vous étiez dans un ruisseau ou un lac de montagne plutôt que dans une soupe de produits chimiques ».

Cox et Nettleton ont créé la société en 2006 et ont construit des étangs et des piscines dans tout le pays. Ces étangs et piscines ont gagné en popularité au cours des 30 dernières années, bien que la plupart se trouvent en Autriche et en Allemagne. Le premier étang de baignade naturel extérieur artificiel du Royaume-Uni destiné au public n’a ouvert ses portes que cette année – à King’s Cross, à Londres.

Les bassins fonctionnent en utilisant des plantes et des processus naturels pour filtrer l’eau, dit-il. Dans un étang typique, la moitié de la surface est occupée par les plantes qui entourent l’eau. Les plantes – telles que la cornouille et la patte d’oie – se développent grâce au phosphore et à l’azote de l’eau, et stoppent la croissance des algues et des agents pathogènes. Selon M. Cox, ce processus crée artificiellement un écosystème de jardin qui existerait probablement dans un environnement naturel vierge.

Les deux hommes ont ensuite mis au point des systèmes pour les piscines naturelles qui ne dépendent pas autant des plantes mais de biofiltres, qui contrôlent l’accumulation de carbone, d’azote et de phosphore. Avec de tels systèmes, les plantes peuvent être réduites à 20 % de la surface de la piscine.

La société a installé plus de 70 piscines et étangs dans tout le Royaume-Uni à des prix allant de 65 000 à 350 000 euros. Le prix moyen s’est élevé à environ 100 000 €.

Puis, il y a cinq ans, dit Cox, ils ont remarqué un changement dans l’attitude des clients, lorsque ceux-ci ont commencé à prendre conscience des avantages pour la santé des piscines naturelles par rapport aux piscines au chlore. Sous l’impulsion, ils ont développé un nouveau biofiltre qui, espèrent-ils, va révolutionner toute l’industrie des piscines.

Ce système, qui n’a pas encore été baptisé, utilise une série d’étapes pour filtrer l’eau, ce qui permet d’éliminer complètement le besoin de plantes.

Lorsque l’eau sort de la piscine, les micro-organismes filtrent le phosphore et l’azote de l’eau, explique M. Cox, privant ainsi les algues et les bactéries des éléments nutritifs dont elles ont besoin pour survivre. Les parties suivantes du filtre travaillent ensuite pour maintenir des conditions stables dans l’eau.

Une demande de brevet est en cours de préparation et jusqu’à cinq piscines seront installées avec les nouveaux systèmes d’ici deux mois.

Le coût de leur nouveau système est deux fois plus élevé que celui de la filtration au chlore, bien que la société estime que la facture diminuera avec le temps. Là où il y a des économies à faire, c’est dans la diminution du nombre de fois où l’eau doit être pompée à travers le filtre, ce qui entraîne une diminution de la consommation d’électricité, ajoute M. Cox.

La manière traditionnelle de tuer les bactéries dans les piscines en utilisant le chlore signifie que les produits chimiques sont parfois considérés comme un « manteau de protection » pour les nageurs, dit-il. « Les gens couvrent souvent leur table et leur salle de bain avec des produits chimiques non pas parce qu’ils en ont besoin mais parce que, psychologiquement, ils veulent se sentir en sécurité ».

Grâce à ce nouveau système de filtrage, Clear Water Revival peut tenter de pénétrer le marché des piscines neuves conventionnelles fonctionnant au chlore, de rénover les piscines au chlore existantes et d’installer de nouvelles piscines naturelles.

Le marché est vaste. Au Royaume-Uni, on estime à 1 000 le nombre de piscines construites chaque année, dont 50 seulement sont des étangs et des piscines naturelles, selon M. Cox.

Clear Water Revival a récemment levé près de 180 000 € sur la plateforme de financement Crowdcube pour lancer le nouveau biofiltre. Cox prévoit de lancer une autre série d’investissements dans le courant de l’année, à hauteur d’environ 1 million d’euros, en Europe et aux États-Unis. Il n’y a aucune raison, dit-il, pour que le nouveau système de biofiltre ne devienne pas une méthode de filtration standard pour les piscines, de la même manière que le chlore domine actuellement.

Quelle est la taille du marché ?

L’ampleur des nouvelles piscines construites en Europe continentale éclipse celle du Royaume-Uni. En France, environ 60 000 nouvelles piscines sont construites chaque année, et 20 000 en Allemagne et en Italie, selon M. Cox. Aux États-Unis, il existe un marché important pour les nouveaux biofiltres des systèmes de piscines existants. Sur les 10,2 millions de piscines aux États-Unis, plus de la moitié ont plus de 15 ans et ont besoin d’être rénovées, dit-il. Après la climatisation, l’entretien d’une piscine aux États-Unis est l’une des plus grandes dépenses énergétiques d’un foyer.